Voeux 2015, trois photos (c) PhI

Info Dernière, février 2015

.

 

  • Alsace-Moselle, etc. Dossier Laïcité Midi, 12.2.15
  • Pétition Contre le Délit de Blasphème en France, dans les départements d’Alsace-Moselle : « subsiste encore, dans les départements d’Alsace et la Moselle, un « délit de blasphème », vestige dans le « droit local des cultes » de l’occupation bismarckienne de 1870. Il est toujours prévu et réprimé par l’art. 166 du droit pénal local » UFAL – « Restons Charlie ! Abrogeons le délit de blasphème sur tout le territoire de la République. Huit membres de la rédaction de Charlie-Hebdo et un policier chargé de les protéger sont morts pour la liberté d’expression au cours d’attentats qui ont fait huit autres victimes (parmi eux : deux assassinés parce que policiers et quatre assassinés parce que juifs). En France, cette liberté fondamentale implique le droit de critiquer les religions, et de les tourner en dérision. Ce que les dogmes religieux appellent « blasphème » est relatif aux seuls adeptes d’un culte donné, et ne saurait donc s’appliquer à l’ensemble des citoyens. Le blasphème est non seulement inconnu du droit de la République, mais légitime et autorisé. Seules sont interdites et sanctionnées pénalement les attaques contre les personnes ou les groupes de personnes, quand elles revêtent un caractère diffamatoire, raciste, antisémite, xénophobe, ou discriminatoire.
    Or nous rappelons qu’il subsiste encore, dans les départements d’Alsace et la Moselle, un « délit de blasphème », vestige dans le « droit local des cultes » de l’occupation bismarckienne de 1870. Il est toujours prévu et réprimé par l’art. 166 du droit pénal local.
    Nous, soussignés, exigeons l’abrogation immédiate, par voie législative, de ce délit de blasphème dérogatoire aux lois de la République, et à jamais lié à la justification prétendue de meurtres barbares.
    Une telle abrogation ne porterait aucunement atteinte au libre exercice des cultes, puisque celui-ci est garanti partout en France par la Constitution et la loi du 9 décembre 1905. Cet acte hautement symbolique nous paraît un devoir minimal du Parlement et du Gouvernement français, à l’égard de la mémoire des victimes de la liberté d’expression, saluée le 11 janvier par des millions de personnes. Mettre fin à cette dérogation locale potentiellement meurtrière aura en même temps la valeur d’une réaffirmation, pour l’ensemble du territoire, de la portée des libertés républicaines. »

.

spectacle 19.5.12 Reillane 04

février 2015 Laïcité, colza, artiste

La Laïcité c'est quoi ?

 

Beaucaire, Eugène Vigne, laïc précurseur MidiLibre.fr

Beaucaire, Eugène Vigne, laïc précurseur MidiLibre.fr

Eugène Vigne, Ecole, Laïcité, Beaucaire. MidiLibre (merci à Rémy Vidal). 2.15

 

fleur de colza 2012 Gréoux 04

 

création, 1.2.15