Henri Pena-Ruiz (13) Aubagne 23.4.15 (c) PhI

Henri Pena-Ruiz

Le philosophe Henri Pena-Ruiz, est un des meilleurs spécialistes de la Laïcité, en France, auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur la laïcité, l’école, la philosophie, dont « Qu’est ce que la Laïcité ?« , coll. Folio

Émancipation Laïque

Henri Pena-Ruiz, professeur agrégé de philosophie, a choisi « la laïcité » comme sujet de thèse de son doctorat. Il a, de plus, consacré plus d’une vingtaine d’ouvrages à la laïcité, l’école, la philosophie… et a siégé à la commission Stasi, commission de réflexion sur l’application du principe de la laïcité dans la république.

Très pédagogue, rigoureux intellectuellement, il parcourt la France et de nombreux pays pour faire découvrir cette idée de liberté, d’égalité et d’émancipation.  Ainsi, il se plaît à souligner qu’elle contient l’égalité de traitement des options spirituelles des citoyens, qu’elles soient religieuses, athées ou agnostiques et qu’aucune conviction ne doit bénéficier de privilège.

Poursuivant, il explique que le principe laïque contient la liberté de penser et de s’exprimer. C’est pourquoi il met en lumière, que la laïcité permet l’émancipation, des femmes en particulier, et de tous ceux qui veulent penser et vivre librement.

Pour finir, il démontre le caractère universaliste contenu dans l’idéal laïque. La laïcité, dit-il, n’est pas qu’un cadre juridique égalitaire qui permet de faire vivre ensemble des personnes très différentes. Elle vise l’émergence d’un monde commun de sens, nourri de la culture universelle, qui s’élève au-dessus des cultures particulières, non pour les nier, mais pour les mettre à distance.

Tout cela permet de vivre ensemble, mais aussi de faire quelque chose ensemble. Car ce sont des applications concrètes qui découlent de l’idée laïque, véritable idéal humaniste de fraternité. C’est un principe qui rend leur liberté tant aux religions qu’à l’État, sans oublier tous les citoyens qui bénéficient de cette liberté de conscience. [PhI, 11.11.15]

.

Henri Pena-Ruiz (HPR), à Arles, le 26 novembre 2015, sera l’invité de l’UPOP Arles (Université Populaire d’Arles), de la LDH d’Arles, de la FNLP, de LAÏQUES & UFAL, et de Laïcité l’Observatoire PACA

.

Henri Pena-Ruiz (13) Aubagne 23.4.15 (c) PhI

Henri Pena-Ruiz (13) Aubagne 23.4.15 (c) PhI

‘photo, Aubagne HPR, invité de la  MJC, de la LDH, de ATTAC, de LAÏQUES & UFAL, de Laïcité l’Observatoire PACA) 

[archives Laicite.fr, HPR, Laïcité & Emancipation, vidéo]

.

Qu’est-ce que la laïcité ?

« La laïcité, c’est un cadre juridique et politique permettant à des êtres différents du point de vue des options spirituelles ou des convictions personnelles de vivre ensemble.

Les individus se distinguent selon trois grands types d’options spirituelles, les uns croyant à une puissance supérieure, d’autres sont athées et nient l’existance de Dieu et finalement ceux qui ne prennent ni de position religieuse ou antireligieuses et suspendent leur jugement. On les appelle agnostiques.

La laïcité propose à ces personnes de vivre ensemble sur la base de trois principes : le premier, c’est la liberté de conscience, qui reconnaît à chacun le droit de croire ou non ; le [deuxième], c’est l’égalité de droits, qui veut dire qu’il n’y a pas de raison de donner plus aux uns, excluant tout privilège public, soit à la religion, soit à l’athéisme ; et, le troisième, c’est l’universalisme. La puissance publique, devant nous unir, ne peut le faire que si elle promeut ce qui est commun à tous. » HPR

.

Premières Infos

Qu’est-ce que la Laïcité ? de Henri Pena-Ruiz, éd. Gallimard 9.03, coll. Folio Actuel n° 104, 352 pp. 9  €, ISBN 978-207030382-3 « Certains hommes croient en un dieu ; d’autres en plusieurs ; d’autres encore sont athées ou agnostiques. Tous ont à vivre ensemble. Cette vie commune, selon la première Déclaration des droits de l’homme, doit assurer à chacun et la liberté de conscience, qui exclut toute contrainte religieuse ou idéologique, et l’égalité de droit, incompatible avec la valorisation privilégiée d’une croyance. La puissance publique promeut le bien commun. Elle devra donc être neutre sur le plan confessionnel et développer, par l’instruction, l’exercice autonome du jugement. Afin que tous apprennent à vivre leurs convictions sans fanatisme ni intolérance. Ainsi comprise, la laïcité n’est pas de l’ordre d’une option spirituelle particulière, mais constitue une condition de possibilité fondamentale de la vie publique. On ne saurait en conséquence la renégocier sans cesse, notamment au gré des fluctuations du paysage religieux et des rapports de forces qui les sous-tendent.. » [extrait de notre page La Laïcité c’est quoi ?]

.

création, sept. 2015, avec des documents plus anciens