Poussière & Crémation

révision, 4.8.13

Conférence de Marcel Renier, fév. 1994,
« APPI, Association Provençale Pour l’Incinération »appi(a)laiq.info

[APPI-LAÏQUES 4, rue F. Davso 13001 Marseille, tél. 06 19 58 40 84]

Je tiens à vous remercier de votre présence à cette conférence sur le thème « Poussière et Crémation ».

Pourquoi cette conférence ? :

– tout d’abord, quelques habitants d’Ensuès-la-Redonne (13) l’ont sollicitée.
– inconnue du grand public il y a vingt ans, la crémation prend de l’importance dans notre pays.
– la tenue de permanences hebdomadaires au siège de notre association qui ont fait ressortir que nombre de personnes, bien que désireuses de se faire incinérer, ont une méconnaissance ou relative connaissance de ce mode de funérailles; de nombreuses contre-vérités sur la réalisation, le prix, la position des églises, la destination des cendres, entre autres, circulent et sont ancrées dans les mentalités.
– d’autre part, il y a l’expérience vécue, ma propre initiation.

Ainsi, vers 1985, l’incinération d’un de mes amis me fit prendre conscience de cette question.

Comme beaucoup j’ai subi une instruction chrétienne.
La mort, tout comme l’amour d’ailleurs, c’était pratiquement tabou, l’on évitait d’en parler.
Comme pour beaucoup également, la fêté de la Toussaint c’était sacré : achats de fleurs, pèlerinage aux cimetières.
La crémation : terme pratiquement inconnu, puisque même longtemps ignoré du dictionnaire Larousse jusqu’en 1945, et pour cause.
Incinération : cela avait une connotation d’ordures ménagères.
Ainsi : instruction, guerre, j’avais tout pour y être rebelle.

Donc, l’incinération de cet ami m’interpella, je décidai d’approfondir.

Par mes lectures, discussions, prise de conscience à l’occasion d’une exhumation et cette réflexion, la pratique de la crémation devint mon intime conviction, et, quand l’on me proposa de prendre le poste de trésorier de l’APPI, je n’hésitai pas, je pourrais ainsi participer avec tous les crématistes à la défense de cette cause.

Je vais donc tenter de vous exposer les éléments positifs de cette étude, m’inspirant et reprenant de nombreux articles parus dans le périodique « La Flamme » édité par la Fédération Française de Crémation. Mon but n’est pas de chercher à vous convaincre, mais de vous demander de méditer sur ce sujet. Dans notre société moderne, protégée, assistée, il est encore malséant d’y faire allusion, oui je dis bien malséant, vous citant une récente anecdote : puisque à la suite de la distribution des invitations, nous fûmes menacés téléphoniquement, mon épouse et moi, nous méritions : deux balles dans la tête et de payer très cher notre présence devant cet individu qui a désiré conserver l’anonymat. Or les crématistes, croyants ou incroyants, osent affronter avec sérénité, avec un comportement plus décomplexé le problème de la mort.

Poussière et Crémation : (…)

.

  • « Crémation » émission sur radio France-Culture (Continent Science, le Salon Noir), 27.3.03, enregistrement partiel sur K7 audio « à l’époque grecque et romaine, là effectivement, on peut dire qu’il y ait une influence religieuse (…) » avec, Gilles Grévin, l’un des auteurs de « Images du corps dans le monde indou » éd. du CNRS, 978-2-271-06060-0 – article de G. Grévin dans Coloris Corpus, éd. CNRS –

.

www.laicite.frAPPI