Noël

le Père Noël, Noël, la Nativité, le Solstice,

.

Quelques notes sur le Père Noël, Noël, la Nativité, le Solstice d’hiver, le sapin de Noël

Le père noël est un mythe évolutif, du religieux vers le profane : un St-Nicolas germanique en habit vert qui traverse l’Atlantique puis devient « vendeur » ou publicitaire en habit rouge chez Coca-Cola !

Un mythe contesté par certains parents et éducateurs qui refusent de faire croire à ses « sornettes » et un mythe apprécié par beaucoup d’adultes et d’enfants.

L’habit vert persiste chez les pères noël verts du Secours Populaire (voir image ci-dessus).

Un père noël brûlé par l’Eglise de Dijon en 1951 (crainte d’une concurrence ?) et sauvé par des anticléricaux dans cette même ville !

Le sapin de Noël, « il semble qu’il s’agisse d’une très ancienne tradition païenne »…

La date de Noël/de la Nativité dont l’Eglise change la date en 354 : du 6 janvier, la nativité passe au 25 décembre, à proximité du solstice d’hiver païen (jour le plus court de l’année, et nuit la plus longue). Des Eglises d’Orient conservant le 6 janvier pour fêter la nativité.

L’origine païenne de Noël est racontée par Charles Conte (solstice païen ?), voir « Joyeux Noël Laïque ! » un des textes de Ch Conte 22.12.10.

Noël et la fin d’année, fête de la consommation, qui s’amplifie au fil des ans…

(A SUIVRE)

  • Petit rappel, avant les fêtes de fin d’année, sur l’origine du sapin « de noël » ou « de solstice », que l’on qualifie un peu rapidement de chrétien… Mais, notre sapin n’est pas la crèche, et il vient de bien plus loin… De même que la fête du solstice a été reprise tardivement par la chrétienté, qui avait fixé, autrefois, la nativité/Noël début janvier (encore fêtée à cette date par les chrétiens orthodoxes)… [1.12.15]
  • « Histoire. S’il est clair que la coutume du sapin de Noël moderne remonte à la Renaissance dans les pays germaniques (attestation au XVe siècle dans les cérémonies de fin d’année des guildes germaniques et livoniennes, Riga prétend officiellement qu’a été érigé et décoré le premier arbre de Noël dans sa cité en 1510), il existe un certain nombre de théories qui spéculent quant à son origine plus lointaine.
  • L’image de l’arbre comme symbole de renouveau de la vie est un thème traditionnel païen qui se retrouve dans le monde antique et médiéval (voir notamment le culte idolâtrique et les nombreuses mythologies liées à l’Arbre du Monde) avant que ce symbole soit assimilé par le christianisme. Le sapin et l’épicéa, conifères à feuilles persistantes, rappellent depuis longtemps ce symbolisme de la renaissance lors du solstice d’hiver, comme en attestent les gravures rupestres dans les régions scandinaves. (…) » Fiche Wikipédia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Sapin_de_No%C3%ABl
  • « Il semble qu’il s’agisse d’une très ancienne tradition païenne, associée au solstice d’hiver du 21 décembre que l’on trouve en Europe du Nord, en Allemagne et en Autriche ou encore chez les Celtes 2000 ans avant notre ère. Arbre de vie, arbre sacré, arbre du renouveau, arbre de l’enfantement chez les Celtes (…) » Ministère de l’Agriculture, http://agriculture.gouv.fr/le-sapin-de-noel-toute-une-histoire
  • « Entre 2000 et 1200 avant JC, on parlait déjà d’un arbre (L’épicéa, arbre de l’enfantement), le jour du [21] décembre, puisqu’on considérait ce jour comme la renaissance du soleil [Sol Invinctus].  Les celtes avaient adopté un calendrier basé sur les cycles lunaires. A chaque mois lunaire était associé un arbre, l’épicéa fut celui du 24 décembre. Pour le rite païen du solstice d’hiver, un arbre symbole de vie était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé. » http://www.noel-vert.com/histoire-sapin-noel.php

 

Grandes Références

  • « Noël, idées reçues », Perrot Martine, éd. le Cavalier bleu 10.02, 125 pp. 9 €, ISBN 2-84670-045
  • « Biographies du père Noël » de Catherine Lepagnol, illustrations de Agnès Vachette, éd. Hachette 10.79, 189 pp. ISBN 978-2010066252 [Mediathèque, Arles, 13]
  • « Joyeux Noël Laïque ! » de Charles Conte 22.12.10

.

illustration : livre « Noël, Idées Reçues » (voir plus haut les références)

– [extraits de http://laicite.free.fr/html/multi-mediatheque.html]

  • p. 21. « Solstice. Dans le monde entier les fêtes les plus importantes se situent autour des dates marquant l’évolution de la rotation de la terre autour du soleil. C’est en 354 que le pape Leberus instaure la Nativité le 25 décembre (alors que certains papes essayèrent de la placer en mars ou avril) »
  • p. 12. « La Nativité est passée du 6 janvier au 25 décembre ».
  • p. 111. « Légende du père Noël / 1789″
  • p. 264. « le père Noël mis à mort » [par l’Eglise]
  • « La lutte de l’Eglise : autodafé à Dijon »
  • « En 1951, certains membres du clergé (…) [le brulent] publiquement sur le parvis. »
  • « (…) Les partisans du père Noël  (…) se proposent de le promener en grande pompe sur les toits de l’hôtel de ville et de lui faire prendre la parole au micro »
  • (extrait d’un communiqué de l’Église)
  • « le père Noël ressuscita effectivement le 24 (décembre) au soir soutenu par les Dijonnais de gauche, farouchement anticléricaux »

Quelques Articles et Références

  • « Dans la tradition des messes de minuit. Le pays d’Arles a religieusement fêté Noël, dans la tradition provençale. Coup de projecteur sur la messe du village de Rognonas (légende photo : « A Rognonas ou à Barbentane, la veillée calendale et la messe de minuit ont été très suivies. Ces cérémonies religieuses se sont attachées à faire vivre la tradition. ») » M.V. 26.12.02 la Provence
  • « Noël tranquille dans le monde à défaut d’être serein. » Philippe Schmit 26.12.02 la Provence
  • « Freud et le petit Jésus, la psychanalyse révèle des points communs entre la Vierge et la prostituée » de Antonio Fischetti, Charlie-Hebdo 24.12.02
  • Solstice d’hiver ou Noël ? [La CAMIF évoquait les solstices d’hiver et d’été]
  • « Noël Non ! » couverture inédite de « Le Légume Humain » n° 7-8, Gap 4e trimestre 1977

 

.

création, 23.12.13 et recueil d’infos depuis une vingtaine d’années