Lyon Communautariste

avec un maire qui confond la laïcité et son contraire, le pluralisme religieux 8.12.13

Après quelques billets sur le communautarisme à Marseille, à Manosque, dans les Alpes-Maritimes voici le tour de Lyon…

« La laïcité à la sauce lyonnaise,

8.12.13, sur une tribune de Slate.fr. « (François Braize est inspecteur général des affaires culturelles honoraire. Jean Petrilli est avocat à la Cour, barreau de Lyon) ». « Au nom de la laïcité, les élus de cette ville, et plus largement de la région, participent à toutes les cérémonies religieuses. Voilà bien une spécialité lyonnaise que nous ne vous conseillons pas ! Alors que Lyon célèbre la «fête des lumières» dont l’origine serait religieuse et qui attire des foules immenses sur quelques jours, fête aujourd’hui devenue profane, il convient de rappeler quelques réalités sur le terrain de la laïcité dans cette ville et cette région. Lyon se targue depuis de nombreuses années d’être la capitale de la gastronomie. Il faudra désormais ajouter une nouvelle spécialité. Après la laïcité positive, ouverte, de coopération, de gratitude, apaisée[1], etc. voici «la laïcité à la sauce lyonnaise». Sauce qui ravit les papilles des cléricaux de tous bords, avec quand même une grande préférence pour les papilles catholiques. (…) » Lire l’ARTICLE entier (signalé par un ancien Lyonnais vivant près de Perrache) 8.12.13

  • Notre commentaire. « Gérard Collomb ou le baiser qui tue la laïcité« , trop souvent, et qui fait dire à Renan ce qu’il n’a pas voulu dire (en fin du troisième texte) ».
  • Pour vous faire votre propre idées, voici quelques billets du blogue de l’élu « socialiste » lyonnais, que l’Express qualifie de franc-maçon du Grand Orient, ce qu’il ne renie pas, selon les écrits de plusieurs media.

Fête des Lumières. « L’âme de Lyon« .

« jeudi 8 décembre 2011. Fête des Lumières. « L’âme de Lyon« . 8 décembre : coup d’envoi de la Fête des Lumières ! Rendez-vous dès la tombée de la nuit dans les rues de Lyon pour découvrir les installations de cette prometteuse édition 2011. Très belle soirée à tous ! » un maire qui confond pluralisme religieux, le contraire de la laïcité

Interrogé dans le livre  « Vive la laïcité ! ».

« Vive la laïcité ! », (avec les déclarations de Gérard Collomb) Marc Vieillard et Patricia Latour, co-édition EDIMAF / Le Temps des Cerises, 120 p. 14 € 978-2841095506


La concorde et la solidarité.

http://gerardcollomb.blogspot.com, dimanche 9 septembre 2007,

Comme je le fais chaque année, je me suis rendu hier à la cérémonie du vœu des échevins.

Je réponds toujours avec plaisir à cette invitation pour célébrer ce temps fort de la vie de la communauté catholique de Lyon comme j’assiste à l’ensemble des grands événements qui marquent la vie des principales religions présentes dans notre agglomération. Ainsi je serai dans les prochains jours avec la communauté musulmane pour les fêtes du Ramadan, et avec la communauté juive pour les fêtes de Roch Hachana et de Yom Kippour.

Le fait religieux étant un élément fondamental de la personne humaine, je porte une égale attention aux différentes communautés qui composent notre cité car je veux que chaque Lyonnais, quelles que soient ses origines, ses convictions ou ses croyances les plus intimes, se sente pleinement représenté par son Maire. Cette conception correspond à un modèle lyonnais que j’ai toujours défendu et qui se trouve au fondement de « Concorde et Solidarité » ; un groupe de dialogue que nous avons créé avec l’ensemble des représentants des cultes afin de témoigner qu’à Lyon chacun peut pratiquer librement sa religion et avoir la spiritualité qu’il souhaite, dans le respect de celles des autres.

Ce dialogue que j’entretiens en permanence avec les autorités spirituelles a permis que se crée dans notre cité un véritable climat de confiance et de sérénité dans lequel la concorde l’a toujours emporté sur l’invective, en particulier dans des périodes où l’actualité internationale pouvait susciter des tensions ou chaque fois que des actes de violence pouvaient faire vaciller l’unité même de notre cité.

Au fond, c’est ce message que je veux porter haut et fort à travers toutes les actions que je mène pour Lyon que ce soit en faveur de la paix dans le monde, dans la construction d’un territoire équilibré ou dans la recherche permanente de solutions nouvelles pour construire ensemble un avenir durable où chacun puisse vivre dignement, dans le respect de ses valeurs et de ses convictions.

Débat sur la laïcité.  » Etre responsable « 

http://gerardcollomb.blogspot.com mercredi 6 avril 2011 

L’UMP tenait hier son débat sur la laïcité dans un hôtel parisien. Depuis son échec aux cantonales, le parti présidentiel se fracture sur ce sujet et l’absence, hier, de François Fillon et d’Alain Juppé en dit plus que la présence d’une moitié du gouvernement. En toile de fond, c’est l’attitude face à la montée du FN qui est en jeu avec deux stratégies opposées. Comme l’a souligné une journaliste du Point, ce débat était « l’endroit où être, pour les uns. Et pour les autres, c’était à l’inverse l’endroit où ne surtout pas être » ! Nicolas Sarkozy, lui, a clairement tranché, préférant continuer à semer le germe de la discorde dans notre pays. Pour ma part, j’ai une tout autre conception de la mission des responsables politiques qui est de rassembler les Français. Non de jouer la stratégie de la tension visant en permanence à les dresser les uns contre les autres.

En effet, il est toujours facile de faire monter le rejet de l’autre, le repli sur soi, l’intolérance. Il est plus difficile de favoriser la concorde civile, la solidarité, le respect mutuel dans un pays où vivent des populations très différentes dans leurs origines, leurs croyances, leurs cultures. En tenant des discours paroxystiques ciblant les immigrés, l’insécurité, les musulmans, les jeunes des quartiers… Nicolas Sarkozy ne résout rien. Bien au contraire ! Il ne fait qu’accroître l’audience d’une Marine Le Pen qui, comme je l’ai écrit dans mon livre, n’attend que nos erreurs pour développer, demain, un grand parti populaire xénophobe en France.

Alors, était-il opportun de lancer à un an des présidentielles un débat sur la laïcité ? Certes notre société en 2011 n’est pas celle de 1905. L’islam est devenu la deuxième religion de France. Cela exige de savoir répondre aux attentes que ces changements entraînent forcément. A Lyon, nous nous y attelons tous les jours, sans faire de vague, avec sérénité. Car sur ces questions sensibles, touchant à ce que nos concitoyens ont de plus intime dans leur identité, je préfère le dialogue et l’ouverture toujours gages d’efficacité.

Un exemple ? Celui des cantines scolaires cher à ma collègue Nathalie Kosciusko-Morizet qui déclarait avant-hier : « C’est un sujet qui se pose quotidiennement et commence à casser la tête à tout le monde ! » A Lyon, nous servons 16000 repas par jour dans nos cantines scolaires municipales. Evidemment, nous essuyions des refus de parents que leur enfant mange de la viande, pour des motivations très diverses. La solution fut celle d’ajouter un repas complet sans viande à côté du menu proposé. Mise en place dès 2008, cette démarche a rencontré un réel succès et de nombreuses villes sont venues à Lyon pour s’en inspirer. Alors que les élèves quittaient nos cantines, nous avons constaté, – non sans difficulté ! -, qu’ils étaient revenus massivement.

Ce travail a nécessité plus de six mois de concertation et fédéré un grand nombre d’acteurs : représentants des principales religions bien sûr, mais aussi associations de défense des droits de l’homme, de parents d’élèves et autres se sentant directement concernées par ces questions. Le débat a donc bien eu lieu au moment où nous avions cette situation complexe à surmonter. Le débat a lieu en permanence dans nos villes où les élus ont à gérer quotidiennement des contradictions.  « L’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours » disait Renan. Sa belle formule mériterait d’inspirer un peu plus ceux qui jusqu’en 2012 ont la responsabilité de gouverner aux destinées de notre pays.

(A SUIVRE)


création, 2012