Lo Drac

Lo Drac [dragon], animal mythologique des pays d’oc, mais aussi de Méditerranée… Début d’une page sur ce sujet.


dessin à la souris d’ordinateur, années 1990 (c) Philippe Isnard.

 

Lo Drac [dragon], animal mythologique des pays d’oc, mais aussi d’Espagne, de Méditerranée, et jusqu’en Roumanie avec Dracula.

  • Drac (démon) Wikipédia

Dragon [drac] « sympathique », « pas agressif », cette poterie, présente autrefois à Vinon-sur-Verdon (83), a été exposée à la Mediathèque de Gréoux (04), 25.1.14 photo (c) PhI


  • « Le Drac » in « Contes et légendes de Provence » Jacqueline Mirande, éd. Nathan 1984 (Mediathèque 04 Gréoux). 26.1.14

  • « Lou Pichot Dra Blu« , conte de Roudil Arleto, dessin Guichard Ive, éd. l’Astrado 83 Toulon 4.76, 18 pp. 6 FF.

  • Conte sur Serre-Ponçon : « Blanche-Neige et les sept torrents » (mise en eau du barrage des Alpes du sud),  Barrès Maurice (05 Gap)

  • « Un dragon provençal, la légende de Saint-Hermentaire« , Gayrard Pierre-Jean, éd. Actes Sud 11.01, 224 pp. 24,24 €, ISBN 2-7427-3228-4. « Une légende, dont la première écriture remonte au Moyen Age raconte comment saint Honorat affronta le dragon qui aurait donné son nom à la ville de Draguignan (Var). Au XVIe siècle, Jean de Nostredame, frère cadet du célèbre Nostradamus, transforma le récit primitif dans un court texte, le Discours de la Vie de saint Hermentaire, et attribua l’exploit au saint patron dracénois. Pour expliquer cette substitution riche en significations historiques, Pierre Jean Gayrard met en scène Nostredame et le milieu érudit provençal dans l’époque agitée de la Renaissance. Il retrace la généalogie de la légende et s’interroge sur l’authenticité du personnage d’Hermentaire. – Fiche livre, octobre 2001″. 26.8.13

  • « Le Drac » de George Sand, suivi de « La Croyance au Drac en Provence et Languedoc » par Amann Dominique, éd. Gaussen 9.10, 160 pp. 16 €, ISBN 978-2-35698-015-1. « La vie d’une modeste famille de pêcheurs côtiers des environs de Toulon est soudain perturbée par le surgissement de l’irrationnel. Un jour, Nicolas, apprenti pêcheur d’André est emporté par les flots. Un drac (esprit venu de la mer et plutôt sympathique), recueille le corps de l’infortuné gamin et s’installe dans la petite famille, où il aura maille à partir avec un le glari (double maléfique) de Bernard, le marin fiancé de la fille d’André, Francine.
    Une plongée au cœur de l’imaginaire provençal, par une grande conteuse… George Sand, séjournant en Provence à l’occasion d’une convalescence, ne pouvait qu’être séduite par l’une des principales superstitions provençales, que représente le drac, elle qui avait décrit avec tant de finesse les mœurs et les croyances des paysans de son Berry d’adoption. Dominique Amann, membre de l’académie de Toulon, et chercheur en psychologie, retrace les circonstances du séjour de George Sand en Provence ainsi que ses sources d’inspiration. Il nous présente ensuite un dossier substantiel sur la présence du drac dans la littérature provençale, depuis le moyen âge jusqu’à Frédéric Mistral, Jean Aicard, Henri Pourrat, etc.
    « . 26.8.13

« Le Drac de Beaucaire. La légende d’un dragon du Rhône« , Valeria Jourcin-Campanile (texte), Yannick Vincente (illustrations), éd. Rêve de livres (13) Boulbon, coll. Rêve de légendes, 14 €, 28 pp. ISBN 978-2-9543054-2-4 (« à partir de 8 ans ») – Page sur Beaucaire. –  « Le Drac honoré par les élèves de l’école de Cabanes, avec Valeria Jourcin-Campanile, 11.6.14 ReveDeLivres.overblog.com.


 

Mini-sites Lo Drac : Lo-Drac.frloDrac.free.fr


création, 1.1.10