Grande Mosquée de Marseille

Compte rendu du projet de construction de la grande mosquée de Marseille & des événements liés notables.

1) Etude de la situation

Marseille, Mosquée,
la Main Au Culte ?

Le maire UMP de Marseille veut à tout prix, sa grande
mosquée, à moins d’un an de la prochaine élection municipale.
En 2006, son conseil municipal, à la quasi-unanimité (bravo la gauche !) avait voté un bail emphytéotique des plus avantageux à l’association « La Mosquée de Marseille ». Ce contrat comprenait la jouissance, pour 99 ans, d’un terrain municipal de 8.600 m² pour la somme de 300 € par mois ! Saisi par trois partis d’extrême-droite [en juin 2005, la « FNLP-Libre Pensée » annonçait un recours, dont on est sans nouvelle depuis], le tribunal administratif, à la grande fureur du maire de Marseille, avait annulé la délibération. Ce tribunal notait que « la ville de Marseille n’apportait aucune explication probante sur les modalités de calcul du loyer fixé » et la première estimation locative du terrain était de 140 000 €.

Ce 16 juillet 2007, le conseil municipal de Marseille était donc amené, pour la deuxième fois, à se prononcer sur la construction de la Grande Mosquée. Les règles avaient un peu changé depuis le premier revers cinglant subi l’année précédente.

Le bail ne courait plus que pour cinquante ans, et le loyer était passé à 24 000 € par an (nouvelle estimation des Domaines). Le grande mosquée occupera un espace de 3 500 m2, sur un terrain municipal de 8 600 m2. Elle sera équipée, d’un minaret de 25 m de haut, et pourra recevoir la visite de 5 000 fidèles. Gaudin akbar !

Déjà 62 mosquées

Il faut savoir que Marseille compte déjà 62 mosquées, pouvant accueillir 13 140 musulmans. Il y aura, d’autre part, la construction d’un espace commercial et culturel (doit-on comprendre de la nourriture halal et des librairies Tahwid ?) dans ces quartiers nord de Marseille.

Ce qui pourrait entraîner une autre subvention municipale pour l’espace « culturel ». Rappelons que cette municipalité a déjà payé la mise aux normes des lieux de cultes musulmans (moyennes mosquées de la ville), et qu’un autre bail emphytéothique est prévu, sur le même terrain, pour une école catholique, sans oublier que les fondamentalistes de l’UOIF ont un projet d’école musulmane dans ces mêmes quartiers.

Les arguments du maire de Marseille, pour justifier son acharnement, sont souvent curieux.

« On ne peut pas avoir une ville où on brûle moins de voitures qu’ailleurs si l’on ne tient pas compte de l’équilibre des communautés ». Mamma Galledou, cette jeune étudiante brûlée à 80 % dans l’incendie criminel d’un bus appréciera sans doute à sa juste valeur les propos du maire de Marseille. De même que les habitants de Strasbourg, qui ont le double privilège d’avoir une grande mosquée, et, tous les ans de réveillon, le record du nombre de voitures brûlées (à Marseille, on préfère le 14 juillet, notait un quotidien local).

On compte les croyants « au pif »

Gaudin estime à 200 000 le nombre de musulmans qui habitent sa ville (soit un quart de la population). Tout comme ceux qui affirment qu’il y aurait 5 millions de musulmans en France, il n’a pas l’air de concevoir qu’une personne de culture arabo-musulmane puisse être athée, ou membre d’une autre religion. Un sondage récent indiquait qu’il y avait en France 4 % de musulmans (et 3 % de protestants), ce qui donne 2 millions 400 000 fidèles de l’islam (sur 60 millions de Français). Une fois encore, à Marseille, comme à Paris, on estime « au pif », sans aucune donnée scientifique, le nombre de croyants d’un culte, ce que dénonce la démographe Michèle Tribalat, de l’INED ! [Suivant les intervenants et les media, le nombre de Marseillais « musulmans » est de : 100 000, ou 150 000 ou 200 000 !]

« Dans cette ville et tant que je serai maire, tout le monde a droit à un lieu de culte significatif. C’est la dignité, le respect des valeurs de la République », ajoute le maire de Marseille. Pourtant, le maire de Marseille a pris depuis longtemps des libertés avec les valeurs de la République. Quand il ne se fait pas prendre la main dans le sac par le tribunal administratif, sur son premier projet de grande mosquée, il finance l’association communautariste « Marseille Espérance » (locaux fournis, tous frais payés, ainsi qu’un conseiller municipal délégué à Marseille Espérance, et aux relations avec les communautés !). Fondée par Vigouroux, en 1990, et institutionnalisée par Gaudin lui-même, depuis, cette association, constituée de responsables de sept cultes (Arméniens, Bouddhistes, Catholiques, Juifs, Musulmans, Orthodoxes grecs et Protestants), est totalement subventionnée par la mairie, au détriment de l’article 2 de la loi de 1905, qui affirme que « l’Etat ne salarie, ne subventionne ni ne reconnaît aucun culte ».

Le préfet des Bouches-du-Rhône, Michel Sappin, vole au secours du maire de Marseille, en se permettant de qualifier de « relents racistes » toute attitude de celles et de ceux qui entendraient s’opposer, encore une fois, au projet de Jean-Claude Gaudin, qui se dit décidé, s’il le faut, à aller défendre devant le conseil d’Etat, son projet.

Au-delà de l’épisode marseillais, plusieurs questions mériteraient d’être approfondies.

En France, jusque dans les années 1980, il n’y avait aucune demande de construction de lieux de culte, et la foi reculait régulièrement devant la Raison.

Des mosquées pour les croyants ou pour les politiques ?

Pourquoi, depuis une vingtaine d’années, y a-t-il une recrudescence de demandes de constructions de mosquées (et par qui sont-elles formulées : croyants ou politiques) ? Combien ont-elles été construites ? Quelles sont les conséquences, dans la vie quotidienne, de la construction d’un nouveau lieu de culte, et notamment d’une mosquée ? Faudra-t-il, après les demandes de constructions de mosquées, accéder à celles de temples évangéliques protestants, de synagogues, et à d’autres cultes qui réclameront, eux aussi, leur place dans l’espace public ? La conception laïque peut-elle se satisfaire de cette multitude de demandes, et du marquage de l’espace public que cela occasionne ? N’y a-t-il pas une meilleure utilisation des terrains publics, pour l’ensemble de la population, que d’en céder la gestion pour cinquante ans à un culte (et qu’ensuite cela devienne propriété de la collectivité municipale qui aura la charge financière de l’entretenir) ?
Depuis 1930, des baux emphytéotiques (officialisés par un texte public de 2006, dans le code de propriété des personnes publiques) sont conclus avec de nombreux cultes pour la construction d’édifices cultuels, d’abord avec l’église catholique, puis avec la plupart des cultes – discrètement. En 1960, des prêts bonifiés de la Caisse des dépôts et des consignations ont été accordés à divers cultes. Etc. Des entorses à la laïcité répétées, justifiées au nom de la « liberté du culte » par la direction du bureau des cultes du ministère de l’Intérieur ! Lors d’un débat de la campagne électorale, Mme Pécresse (actuelle ministre UMP des universités), défendant le candidat Sarkozy, voulait en finir avec ce « bricolage » qu’elle considérait comme « hypocrite », et voulait un financement officiel des constructions des lieux de culte (c’est à dire sans limite) : révolutionnaire ! Le socialiste (et réformiste) Glavany préférait s’en tenir à ces « grignotages » cléricaux de la laïcité. Méthode dure contre méthode douce.

Mais Gaudin, ancien prof de l’école catho, est bien loin de ces réflexions. Il y a bien longtemps qu’il se moque des idéaux républicains, qu’il bafoue en les évoquant, lui qui avait déjà passé un accord en 1986 avec le Front national pour prendre la Région Paca. Gaudin est la caricature de ces élus qui confondent, pour des raisons clientélistes, la laïcité avec l’égalité des religions, et qui instrumentalisent l’islam pour en finir avec la loi de 1905, le non financement des cultes, et la séparation du religieux et du politique.

Une gauche digne de ce nom, et de ses idéaux, à Marseille, au lieu de voter les yeux fermés tous les projets de Grande Mosquée du maire de Marseille, ferait bien de lui rappeler ces quelques fondamentaux de la République.

2) Problématique

Il faudra trouver 8 millions d’euro pour rénover le bâtiment. Et l’association « la Mosquée de Marseille »compte sur 1 M€ de l’Algérie, 1 M€ du Maroc, et sur l’Arabie Saoudite… On est loin du compte et de l’argent français que certains réclament. Et plus grave, la mésentente de divers islams : « diversité des croyants », concurrence avec des « imams régnant sur de petites mosquées »…

On peut s’interroger sur la représentativité réelle de l’association promotrice, sur le désir réel de la grande majorité des croyants (de nationalités et de courants confessionnels très divers) à vouloir une grande mosquée. « Chez les musulmans, le projet ne fait pas l’unanimité. » Ils « ne sont pas tous convaincus de l’utilité de cette construction essentiellement symbolique ».

3) Illustration de situation semblable

l’Exemple de Montreuil (Seine-St-Denis)

La construction de mosquées bute sur l’interprétation de la loi

Le chantier de la mosquée de Montreuil (Seine-Saint-Denis) va prendre du retard, comme celui de Marseille et pour la même raison, le tribunal administratif ayant assimilé à une subvention le faible loyer (1 euro) demandé en contrepartie de la location du terrain.

Dans les deux cas, les plaignants ont invoqué l’article 2 de la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’Etat: « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».

Voire. Depuis 1905, des centaines d’églises, temples, synagogues, mosquées ont été construits en France, grâce aux baux emphytéotiques (de très longue durée) accordés par les communes. « A Montreuil, on bute sur l’euro symbolique alors que dans les années 30 on a accordé des baux emphytéotiques à l’Eglise catholique en Ile-de-France pour 1.000 francs, l’équivalent de 1,50 euro! », soulignait lundi soir Didier Leschi, directeur du bureau des cultes au ministère de l’Intérieur.

Pour lui, « la question de fond c’est qu’il y a deux poids deux mesures: actuellement les baux emphytéotiques ne sont remis en cause que lorsqu’ils concernent des mosquées ».

En 2004 dans son rapport sur la laïcité, le Conseil d’Etat n’a pas remis en cause les baux emphytéotiques et le code de la propriété publique a été modifié par une ordonnance du 21 avril 2006 détaillant les possibles bénéficiaires. « Remettre ces baux en cause est une « interprétation restrictive de la loi », argumente Didier Leschi. « L’application du droit sans conscience n’est que ruine de l’âme », s’amuse-t-il.

Lors de l’entrée en vigueur de la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’Etat, celui-ci est devenu propriétaire des édifices cultuels existants. Le problème de la construction de lieux de culte se pose donc surtout pour les religions peu ou pas implantées en France en 1905, comme l’islam et les évangéliques.

Les projets ne manquent pas mais la réalisation est souvent contrariée, officiellement au nom du principe de laïcité ou de la rigueur budgétaire.

A Marseille, le projet a été retoqué et sera à nouveau examiné en juillet. A Bordeaux, il y a un litige sur le prix du terrain que doit acheter la mairie pour le louer à l’association musulmane…

A Créteil, la communauté a payé la mosquée et la municipalité a subventionné la partie culturelle attenante. A Clichy-Montfermeil (Seine-Saint-Denis), le projet a finalement vu le jour après trois ans de discussions concernant le terrain à bâtir. A Perpignan en revanche, tout s’est passé sans problème et, le jour de l’inauguration, le maire Jean-Pierre Alduy voyait dans ce projet une illustration de « la laïcité ouverte », dans le « strict respect de l’esprit de la loi de 1905″.

Autrement dit, la loi de 1905 n’interdit rien. Nicolas Sarkozy, alors candidat, disait en avril qu' »il n’y a aucune raison pour qu’une religion ne puisse pas vivre son son culte tranquillement ».

Quand il était ministre de l’Intérieur, il avait demandé au professeur Jean-Pierre Machelon d’étudier un toilettage de la loi de 1905. Celui-ci avait notamment proposé d’autoriser les communes à financer ouvertement les lieux de culte. Le rapport a été remis en septembre 2006 et n’a eu jusqu’ici aucune suite.

L’islam est la deuxième religion de France avec environ 4 millions de musulmans. En 2005, ils disposaient de quelque 1.500 mosquées ou lieux de culte, alors que chaque village compte une église catholique.

Mosquée de Montreuil: la mairie propose un nouveau bail avec loyer augmenté

Le conseil municipal de Montreuil (Seine-Saint-Denis) devrait approuver jeudi un nouveau bail pour la future mosquée de la ville, après l’annulation du premier bail à 1 euro symbolique assimilé à une subvention du culte, a-t-on appris mardi auprès de la mairie.

Le nouveau bail concédé à la fédération cultuelle des associations musulmanes de Montreuil, qui sera soumis jeudi soir au vote du conseil, fixe un loyer annuel de 6.000 euros pour les 1.693 m2 du terrain prévu pour édifier le bâtiment.

Considérant que ce loyer « de 29 centimes par m2 et par mois » reste trop faible, Patricia Vayssière, l’élue du Mouvement national républicain (MNR) qui avait attaqué la première délibération municipale devant le tribunal administratif, a fait part à l’AFP de sa décision de saisir de nouveau le tribunal de Cergy-Pontoise dès vendredi.

Dans un jugement rendu le 12 juin, et communiqué le 23 juin aux parties, ce tribunal avait annulé le premier bail emphytéotique (de très longue durée) consenti par la mairie à l’association musulmane, considérant que le loyer de 1 euro symbolique était une subvention déguisée, au mépris de l’article 2 de la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’Etat.

La première délibération avait été votée le 25 septembre 2003 à l’unanimité, moins la représentante du MNR. Le même jour, un bail similaire pour la construction d’une synagogue avait été approuvé, et jamais attaqué par le MNR.

Le bail de la mosquée de Montreuil assimilé à une subvention et annulé

Le bail à 1 euro symbolique concédé par la ville de Montreuil (Seine-Saint-Denis) à la future mosquée a été annulé par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, a annoncé lundi à l’AFP le Mouvement national républicain (MNR), qui attaquait la délibération municipale.

La délibération du conseil municipal du 25 septembre 2003 a été « annulée » par un jugement rendu le 12 juin et communiqué le 23 juin, selon Patricia Vayssière, élue municipale MNR, « pleinement satisfaite » de cette décision qui « freinera l’islamisation de notre pays ».

« Le tribunal a considéré que le bail emphytéotique d’un euro symbolique par an était assimilable à l’octroi d’une subvention, en méconnaissance de l’article 2 de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat », a précisé Mme Vayssière, également membre du conseil national du MNR.

Lors de l’audience au fond, début mai, le commissaire du gouvernement du tribunal administratif avait estimé lui aussi qu’il s’agissait d’une subvention déguisée et que le bail devait être jugé irrégulier.

S’attendant à cette décision, la mairie avait annoncé son intention de faire appel.

La première pierre de la mosquée a été posée symboliquement le 30 décembre, mais sa construction n’a pas commencé.

4) Actions

Nos actions

Lettre à Frédéric Dutoit, député-Maire PCF de Marseille

M. le Député-Maire,

Le quotidien la Provence (27.3.06) vous attribue les propos suivants : « La laïcité, c’est de permettre à chacun d’exercer sa religion en toute transparence. Avec ce projet (de grande mosquée), les quartiers nord deviennent un phare de la pluralité marseillaise. » Le maire de secteur, « fier de l’être », a reçu l’assentiment de J.-Claude Gaudin : « Nous sommes l’exemple qu’un bon dialogue est possible », s’est-il félicité. « Nous offrirons aux musulmans une salle de 3 000 m2, qu’ils moderniseront selon leurs moyens financiers, avec une architecture et un environnement symbolisant un lieu de culte musulman ».

Nous pensons comme notre ami Henri Pena-Ruiz, le philosophe, laïque et marxiste, que la laïcité n’est pas le pluralisme religieux (prôné par Marseille Espérance), c’est la séparation des religions et de l’Etat : donc le contraire. Et nous avons fêté la loi de 1905, qui institue cette séparation, le 21 décembre 2005, au Conseil Régional PACA, avec en particulier M. Patrick Kessel du Comité Laïcité République, et une représentante du PCF.

Citons cette loi : art. 1 « La république assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes (…) » – art. 2 « La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte. (…) »

Certes M. Sarkozy à droite et M. Vals au PS voudraient « toiletter » ou plutôt réviser notre grande loi laïque, mais depuis plusieurs dizaines d’années des élus de toute opinion le font quotidiennement, avec une « discrimination positive » essentiellement envers les différentes cultes musulmans. Ce qui veut dire que les différentes options spirituelles (autres cultes petits ou grands, ainsi que les athées, agnostiques, rationalistes, francs-maçons) sont discriminés négativement. Et ainsi on sort de l’égalité républicaine, en même temps que de la laïcité.

Nous rappelons que lors des premiers débats sur un projet de grande mosquée à Marseille (moins bien « acceptée » par le maire Gaudin), nous avons rédigé une motion « pour la liberté du culte, et la libre construction de lieux de culte (grande mosquée, etc.), y compris dans le centre-ville, dans le respect des règlements d’urbanisme et le respect de la laïcité (aucun argent public) ». Et par rapport à ce désir de grande mosquée, nous ne savions pas s’il été désiré un ou plusieurs édifices (tant les divergences sont importantes), et qu’en pensez réellement la masse des musulmans, pratiquants ou non !

Certains pensent que les cultes chrétiens et juifs ont un avantage matériel, du fait de la propriété publique des édifices cultuels depuis la Révolution. Cela peut se discuter, et l’on pourrait peut revoir les conditions De même, il est de bon ton, de « croire », en l’absence de toute donnée objective que les pratiquants musulmans (et non pas les musulmans « potentiels ») seraient pauvres. Pas plus que nous avons une estimation scientifique du nombre de citoyens se considérant d’une option spirituelle (culte ou philosophie), nous ne pouvons dire si les pratiquants musulmans (ou autres) sont pauvres ou riches.

C’est ce que dit la démographe Michèle Tribalat, qui a subit une cabale lors de sa tentative de travail sur ce thème, alors que la CNIL (Commission Nationale Informatique & Liberté) permet de travailler sur les orignines ou les croyances des citoyens quand l’anonymat est protégé. Ainsi que le démontre Mme Tribalat, nous ne pouvons connaître ni le nombre de croyants d’un culte, ni leur niveau de revenu. Tout ce qui est annoncé publiquement est de l’ordre de la supposition, puisque aucune étude statistique récente n’a été effectuée.

De même, qu’on ne s’est pas souvent posé la question de la dîme hallal. Qui l’encaisse ? Combien rapporte-t-elle ? A quoi est-elle affectée ? Quelle est la transparence de ces flux financiers ?

En matière de religion, on s’occupe essentiellement des islams (car il y a de nombreuses variantes comme dans le protestantisme) sans observer les pratiques des autres cultes. Prenons les divers évangéliques et évangélistes dont le Monde Diplomatique, en particulier, nous a montré les aspects fondamentalistes : ils ont a peu près autant de lieux de culte que les divers islams dans nos villes. On ne connaît pas plus leur nombre d’adeptes. Et ils ne demandent rien aux collectivités publiques (il est vrai, qu’aujourd’hui, ils ne sont pas un enjeu électoral).

Pourquoi ne pas offrir aux divers évangéliques des quartiers nord une piscine pour qu’ils puissent faire leurs baptêmes immergés au lieu de les faire sur la plage de Corbières (privatisation de l’espace public) ? Mais si l’on procédait ainsi, comme le dit Pena-Ruiz, notre invité à l’IUFM de Marseille (en 2000), on n’en finirait pas de combler les attentes des diverses options spirituelles.

La République doit financer le social, pas les options spirituelles (ou idéologiques) qui sont du ressort privé des citoyens. A moins que l’on veuille que les divers intégrismes (de tous cultes) s’occupent du social, ce qu’ils savent très bien faire avec des conséquences anti-démocratiques que l’on connaît au Moyen-Orient, Algérie et ailleurs.

Voici notre argumentation, dont nous sommes prêts à débattre avec vous et votre conseil d’arrondissement.

 

Sur le texte de « la Provence », nous vous demandons quelques précisions :

tout d’abord, est-ce que vos propos sont-ils correctement reproduits ?

qu’entendez-vous par « nous offrirons (…) une salle de 3 000 m2 » ?

Est-ce un don ? un prêt ? une vente à bas prix ?

(…)

Lettre à JC.Gaudin, Sénateur-Maire

Lien vers pdf

Lettre au Conseil Municipal

Lien vers pdf (1)

Lien vers pdf (2)

Actions externes & critique

« Le FN contre la mosquée. Extrême-droite ». « (le FN) est venu déverser sa haine », « contre le projet de construction d’une grande mosquée dans la ville, jugeant notamment que la municipalité avait fait une « donation déguisée » en louant le terrain pour 99 ans pour une somme dérisoire ». B. Gollnish et J. Blanc, secrétaire départemental du FN, ont annoncé avoir déposé auprès du tribunal administratif de Marseille une requête en annulation de la délibération du conseil municipal du 17 juillet 2006. »

(la Marseillaise, éd. Marseille, 10.12.06)

Réaction : Une brève navrante du quotidien progressiste. Le FN a une laïcité sélective concernant essentiellement les islams. Les catholiques et leurs intégrismes [la Fraternité Pie X à qui le Pen a rendu visite à Marseille] étant sans doute rangés dans les « traditions » françaises. Attendons le résultat de ce recours judiciaire. On aurait préféré qu’il soit déposé par des politiques qui se réclament de la laïcité et du progressisme. Aux actes laïques, citoyens.

5) Conflits et évolution de la situation

On s’arrache les cheveux à la mairie ! Le projet dix fois différé,
semble cette fois prêt à aboutir, mais bien mal parti…
Sur un trottoir de la rue d’Amiens, dans le 3e arrondissement de la cité phocéenne, un groupe d’hommes barbus discute adossés contre des voitures. En face, une porte surélevée d’une enseigne « Conseil des imams de Marseille et ses environs » (CIME). Tous sont imams et aucun ne souhaite s’exprimer sur ce projet de grande mosquée. Après cinq minutes d’un long monologue, je parviens pourtant à faire parler l’un d’entre eux : « Cette mosquée qui va coûter 13 millions d’euros n’a aucun sens, on n’en veut pas ! Mieux vaut réaménager les petites mosquées de proximité. Pour les grands rassemblements comme l’Aïd, le parc Chanot peut déjà accueillir 15.000 personnes ! »

Ces imams dits ‘indépendants’, souvent proches des Frères musulmans, du FIS algérien ou des salafistes, ont fait la loi durant des années sur Marseille et digèrent mal le fait d’avoir été évincés de la direction du CRCM-PACA, seul CRCM dirigé par la tendance Mosquée de Paris. Cet imam a la dent dure contre les Bencheikh, les Boubakeur… « qui ne sont peut être même pas des musulmans ! ». Il n’est guère plus amène envers la mairie qui a refusé Mohamed Yassine, leur président, à la tête de l’association « Mosquée de Marseille », porteuse du projet. « La mairie assoit des laïcs, des rappeurs à côté d’imams, c’est n’importe quoi ! »

Lors d’un dîner organisé par le Conseil général et relaté par La Provence, Mourad Zerfaoui, l’ex-président du CIME et du CRCM se rebelle contre la mairie. Le clan des imams indépendants tombe alors en disgrâce à la mairie. Pour cette dernière, qui loge le CRCM gratuitement, c’en est trop !

L’évolution du maire

C’est au 3e étage de ce bâtiment offert par la mairie, juste derrière l’Opéra à deux pas de la Canebière, que le nouveau président du CRCM-PACA m’accueille. Abderrahmane Ghul, ne souhaite pas s’étaler sur ces « imams autoproclamés du CIME qui ne représentent rien » et « ont une attitude négative ». Il préfère louer l’évolution miraculeuse de Jean-Claude Gaudin qui disait encore lors de son premier mandat « c’est un très beau projet, mais pour Marrakech ». Le président est sincèrement reconnaissant de l’action de la mairie. Et le financement ? Le volet cultuel reviendrait à 6 ou 8 millions d’euros, tandis que le projet total pourrait approcher les 23 millions ! « Le premier investisseur, rassure le président, est la communauté musulmane marseillaise (à 30%), près de 2 millions d’euros ». Mais il faut aussi compter sur des fonds étrangers. « La loi ne l’interdit pas. Des fonds proviennent d’Algérie, du Maroc, d’Arabie Saoudite… L’argent n’a pas d’odeur comme on dit, même si ça sent l’odeur du pétrole » lance le président avec ironie. Pour plus de transparence, « l’association a ouvert un compte à la Caisse des dépôts et consignation avec un commissaire aux comptes ». On n’en saura pourtant pas plus sur ces montants venus de l’extérieur. A la mairie centrale peut-être…

Un projet qui divise

« Ah bon ? Il vous a parlé de fonds saoudiens ? » Cette proche collaboratrice de Jean-Claude Gaudin souhaite conserver l’anonymat et propose d’être appelée « source proche de la mairie, c’est ainsi que font tous les journalistes » paraît-il. Cette femme qui refuse d’être enregistrée et lance un « c’est off, ça ne l’écrivez pas » chaque fois que je soulève mon stylo, semble avoir quelques difficultés avec ce dossier sensible. Elle compte bien sur moi d’ailleurs pour taire les dissensions, un peu remontée contre toute ces musulmans ingrats qui « crachent sur la mairie » : « c’est un geste de générosité qui s’est retourné contre nous » résume-t-elle.

C’est que la mairie qui avait exigé naïvement il y a quelques années une unanimité de la communauté, semble assez peu au fait des divisions idéologiques des différents courants musulmans de la région. C’était vouloir rassembler des chiens avec des chats et il aurait sans doute fallu attendre encore quelques siècles avant de poser la première pierre !

Pour le dossier, la mairie a fait appel à un spécialiste du droit des religions, ce qui ne l’a pas dispensée de faire des bourdes monumentales. C’est ainsi qu’elle a omis l’évaluation des domaines. Le tribunal administratif de Marseille a ainsi pu annuler le 17 avril la délibération du conseil municipal qui mettait à disposition de l’association « la Mosquée de Marseille » un terrain par un bail emphytéotique de 99 ans pour le projet. Le tribunal avait été saisi par trois requêtes du FN, MNR, MPF, toujours prompts à se découvrir des penchants laïques s’agissant de lieux de culte musulman. Le tribunal tranchait en faveur de ceux qui dénonçaient des « subventions déguisées » derrière un loyer ridicule (300 € par an pour 8 600 m2 et un prix du m2 cinq fois inférieur à l’école chrétienne voisine), en violation de la loi de 1905 (« la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte »).

Après une hausse du loyer, le dossier devrait pourtant repasser en juillet en conseil et les travaux commencer en octobre. « Ce n’était pas une erreur ! » persiste ma « source » qui, plutôt que de m’apporter la preuve contraire, choisit de m’imprimer le discours de la signature du bail dans lequel le maire félicite monsieur N’Gazou, Délégué régional de l’UOIF Sud. Elle me tire même quelques photos de la superbe mosquée Daoua, flambant neuve, livrée en octobre 2005 (2 M€). « Voyez, on fait même les dossiers de presse des Tabligh ici ! (2) ». La « source » est intarissable d’éloges sur le délégué UOIF : « lui il sait travailler avec l’administration. C’est un homme extrêmement intelligent ». Les frères musulmans en odeur de sainteté à la mairie ? Mieux encore : « Il m’a dit à propos de son projet de collège musulman : ‘je vais faire une surprise au maire, ce sera un collège haute qualité environnementale ! » Fondamentaliste ? « c’est possible, en tout cas sa femme est beaucoup moins voilée que la femme de… » Qui a dit que la désignation seule par les pouvoirs publics, plutôt qu’une désignation par le bas, pouvait prévenir les dérapages islamistes ? Avec la marie de Marseille, rien n’est moins sûr.

6) Conclusion

Jean-Claude Gaudin a finalement réussi à imposer sa mosquée ! Jeudi 22 novembre 2007, le maire de Marseille remettait en effet les clés de la future grande mosquée de la ville à l’association chargée du projet.
Voici les clés, manque plus que les murs !
En quelques années, la mairie avait réussi l’exploit de se mettre à dos presque toutes les représentations de l’islam marseillais. Mais qu’importe. La mosquée devait voir le jour : les élections approchent.

L’UOIF avait dès le départ toutes les faveurs de la mairie. Mais cette fois, Gaudin ne pouvait remercier aussi chaleureusement l’ami de la mairie, Mohcen n’Gazou, délégué régional et membre du C.A. de l’UOIF. Pour cause, il a été arrêté et incarcéré en Tunisie cet été. La mairie souhaite d’ailleurs rester très discrète sur le sujet. La presse locale aussi apparemment…

En août, nous dénoncions déjà l’amateurisme, le manque de vigilance sur le sujet de la mairie et les liens privilégiés qu’elle entretient avec l’UOIF. Voici l’enquête publiée par Le Courrier de l’Atlas (mensuel des Maghrébins de France) et reprise, malheureusement, uniquement par la presse d’extrême droite.

  • « Je me suis retiré du projet de la mosquée. Trois ans de palabres et toujours les mêmes disputes. C’est avant tout un problème de leadership. Nous, nous ne faisons pas de l’islam un outil poitique ou de pression ».

Moussa Couaté, secrétaire général de la FFAIACA PACA (Fédération française des associations islamiques d’Afrique des Comores et des Antilles).

  • « Beaucoup de musulmans ne veulent pas de cette mosquée et préfèrent qu’on traite les questions plus urgentes de ghettoïsation, de discrimination à l’emploi, au logement. La prière, les musulmans peuvent la faire n’importe où ! »

Abel Djerari, adjoint au maire à la mairie de secteur des 11e et 12e arrondissements de Marseille (élu indépendant sur liste UMP).

  • « A la mosquée Islah, le Conseil des Imams (CIME) organise des quêtes au profit de la Grande mosquée de Marseille et vide ensuite les caisses. Il loue par exemple Chanot 30 000 € pour 4 h. Ces imams ne croient pas au projet. Moi, je garde espoir et j’ai confiance en la mairie ».

Abderrahmane Ghul, Président du CRCM PACA.

  • « Il y a quelques mois, on associait encore au centre cultuel, un centre culturel. Aujourd’hui, on ne parle plus que de la Grande mosquée. Désolant ! Les deux projets étaient tellement liés qu’il y avait même eu une polémique autour de l’application de la charia dans le centre (une personne s’était opposée au fait qu’il y ait de la musique) ».

Nassera Benmarnia, Directrice de l’Union des Familles Musulmanes des Bouches-du-Rhône UFM 13.

7) Sources & liens

Sources

Liens annexes