bando, FEMEN en images

Attaques contre FEMEN

« Haro sur FEMEN ! Quand la FNLP (libres-penseurs inféodés aux troskystes lambertistes) rejoint l’islamo-gauchiste Pascal Boniface, ainsi que le « progressiste et féministe » quotidien leFigaro.fr pour la promo du livre du journaliste Olivier Goujon, « FEMEN, histoire d’une trahison » éd. M. Milo…

…. Ces grands « féministes » ont tous en ligne de mire Caroline Fourest, et, un peu plus, pour ces « gauchistes » réunis, FNLP, O. Goujon et P. Boniface… l’explication « politique » simpliste et sectaire : FEMEN est « dévoyée » pour le « compte des réseaux de Manuels Valls » (leur grand « satan » et ennemi politique). Des attaques aussi simplistes qu’une théorie du complot ! » id@ Vidal 30.1.18 [merci à Laicite.fr pour les compléments d’info]

NDLR. 1.2.18  Ida Vidal nous précise qu’elle n’a aucune sympathie politique pour M. Valls, mais qu’elle n’a aucune raison de pas être honnête.


Collecte d’info d’Ida Vidal, sur ces nouvelles attaques contre le groupe féministe FEMEN

bando, FEMEN en images

bando, FEMEN en images


« FEMEN, histoire d’une trahison. 30.1.18 Communiqués FNLP.fr – Olivier Goujon est journaliste. Il a écrit un ouvrage sur « FEMEN, histoire d’une trahison ». Il les connait depuis le début de leur aventure. Ce qu’il révèle est éclairant sur ce qu’il faut bien appeler une « étrange manipulation ». Pourtant, les « médias » n’ont quasiment donné aucun écho à ce qu’il dévoile au prix d’une enquête minutieuse qu’il sera difficile de réfuter. C’est l’omerta de la pensée unique sur cette enquête. C’est l’histoire de jeunes femmes ukrainiennes, qui se forment à l’école d’Engels et de Bebel, c’est-à-dire dans une conception de type « marxiste » dans une Ukraine baignée de stalinisme et de dictature. Leur aventure est dévoyée de Paris au compte des réseaux de Manuels Valls et au profit de sa politique.     Comme dans un roman interlope, les personnages que l’on croise sont souvent à vomir. Ils n’ont aucune dignité, seul le résultat compte. La morale n’y trouve pas son compte, le cynisme, oui. La Libre Pensée l’a interviewé. Olivier Goujon répond à nos questions.(…) » 


« «Femen ne porte plus la parole des femmes», vidéo YouTube-LeFigaro.fr ajoutée 29.9.17. L’Urkainienne Sacha Shevchenko cofondatrice originelle du mouvement Femen et le journaliste photoreporter Olivier Goujon, auteur de «Femen – Histoire d’une trahison» témoignent de la « légende » qui s’est construite en France autour de Femen. »


« Olivier Goujon. Biographie. lePictoriumAgency.com/olivier-goujon (vu 30.1.18) Olivier Goujon est né le 3.11.1962 à Saint-Malo. Il est journaliste, photo-reporter et auteur. Après une licence d’Histoire à Rennes II et une maîtrise de de Sciences Politiques à Paris II, il s’inscrit à l’Institut Pratique de Journalisme dont il sort diplômé en 1989. Journaliste, il commence sa carrière dans la presse écrite avant de bifurquer vers le photo-reportage au cours d’un long séjour en Amérique latine au milieu des années 90. Il enchaîne depuis les reportages magazine à caractère sociétal ou politique, tentant toujours d’incarner ses reportages dans le parcours individuel de personnages dont le destin débouche sur l’histoire universelle. Il est l’auteur, ces dernières années d’une centaine de reportages commandés par la presse française et européenne parmi lesquels des sujets en Iraq (le chemin de croix des Kurdes, Le retour des « touristes » à Babylone), en Iran (le féminisme sous les années de plomb), au Mali (Avec les touaregs du Mnla), au Kurdistan turc (l’inondation de la vallée d’Hasankeyf), en Syrie (Naissance d’une nation au Rojava)… (…) Olivier Goujon a aussi suivi le mouvement Femen depuis les origines, il est l’auteur d’un ouvrage de réflexions sur le mouvement, à sortir à la rentrée 2016, d’un film pour Canal plus en 2011 et de nombreux reportages photo. Binational franco-italien il se partage, quand il n’est pas en reportage, entre Milan et Paris. »


« «Femen: histoire d’une trahison» – 3 questions à Olivier Goujon, 19.1.17, par Pascal Boniface blogs.mediapart.fr/pascalboniface. Olivier Goujon est journaliste-photoreporter pour la presse française et européenne. Dès 2009, il fut le premier à réaliser des sujets sur les Femen en Ukraine. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de son ouvrage, «Femen: histoire d’une trahison», aux éditions Max Milo. Selon vous, les véritables créatrices du mouvement Femen ont été écartées et mises en danger en Ukraine, par les manœuvres de celle qui a incarné en France ce mouvement, Inna. Pourquoi et comment ? Pas « selon moi », mais selon les faits. La fondation du mouvement « Nouvelle Éthique » en 2007 (qui devient vite Femen), par Oxana Shachko et Sacha Shevchenko, l’installation à Kiev, l’arrivée d’Inna Shevchenko (aucun lien de parenté avec Sacha), la leader actuelle, qui ne rejoint le mouvement que fin 2010, le roman de son évasion vers la France à l’été 2012, l’année à suivre, terrible, que vont passer Sacha et Oxana en Ukraine, les manœuvres de Caroline Fourest (qui va quand même jusqu’à dire à Oxana et Sacha qu’elles ne sont pas les bienvenues en France, alors qu’elle a apporté toute son aide à Inna) pour asseoir son pouvoir sur le mouvement, l’hostilité de Femen France, instrumentalisée par C. Fourest et Inna contre Sacha et Oxana, pourtant bien plus légitimes qu’elles pour diriger le mouvement… Tout cela est documenté, sourcé, démontré et appuyé par de nombreux témoignages.(…) ».


FEMEN n'aime pas les intégristes

FEMEN n’aime pas les intégristes

Biblio Info (Favorable & Défavorable)



« Le mouvement FEMEN en deux livres « Le corps tout entier des femmes est devenu leur voix », Lettre Respublica / GaucheRepublicaine.org, 28.3.17, Monique Vézinet (UFAL Union des Familles Laïques, Réseau Education Populaire) : « Anatomie de l’oppression » par Inna Shevchenko et Pauline Hillier (Seuil 2017, 272 pp. 19 €)  et « Rébellion » par FEMEN (éd. des Femmes / A. Fouque 2017, 190 pp. 12 €). Ces deux ouvrages parus à l’approche du 8 mars sont à la fois proches et complémentaires mais ils répondent à des logiques éditoriales un peu différentes. Le second est un recueil de témoignages et de réflexions organisé autour de thèmes liés aux actions FEMEN dans divers pays : principalement Ukraine où le mouvement est né en 2008, Turquie et Iran dans le chapitre « Les dictatures détestent les femmes » mais aussi la Tunisie dans le chapitre « La religion, fléau de l’humanité », l’Espagne dans celui qui porte sur l’IVG, et le Canada à propos de la prostitution et du harcèlement sexuel. (…) » .


« Rebellion, le livre des FEMEN« , 2.17 éd. des Femmes, 190 pp. 12 €, ISBN 978-2-72100668-4, « « Après la publication de notre manifeste, nous, activistes FEMEN du monde entier, livrons dans Rébellion, nos témoignages personnels liés à notre engagement et développons nos idées autour de la prostitution, des violences faites aux femmes, de la montée des extrêmes droites et des intégrismes, des droits LGBT, de la laïcité et de la liberté d’expression.(…) ».


« Inna, par Inna Shevchenko & Caroline Fourest. A vingt-trois ans, Inna Shevchenko est célèbre. Qui ne connaît ses yeux verts, ses cheveux blonds couronnés de fleurs, ses seins nus, peints de slogans noirs dénonçant les religions, les dictatures et la prostitution ? (…) » éd. Grasset 1.14, 400 pp. 20,90 €, ISBN 978-2-24680732-2


« Histoire d’une trahison«  Olivier Goujon, éd. MaxMilo.com 9.17, ISBN 978-2-31500-847-6 « En 2007, elles débarquaient à Kiev pour changer la face du monde. Dix ans plus tard, Sacha Shevchenko et Oxana Shachko, les véritables fondatrices de Femen, sont évincées et dépossédées brutalement de leur mouvement. Sur la base de leurs confessions douloureuses, l’auteur retrace l’épopée planétaire d’une idée née dans les plaines d’Ukraine occidentale et qui s’est égarée dans les querelles intestines et les ambitions personnelles. Les Femen, c’est l’histoire de blondes à tomber par terre, d’espions russes à Montmartre, de passages à tabac, de politiciens corrompus, de vraies et de fausses cavales, de fachos, d’islamistes et d’argent détourné… »


bando, FEMEN en images

bando, FEMEN en images


création, 30.1.18  : id@ Vidalida-vidal.blogspot.fr – ida.vidal7(a)gmail.com