Alain Py « La morale laïque contre l’ordre moral »

.

.

Marseille comme on l’aime.
Alain Py « La morale laïque contre l’ordre moral ».
la Marseillaise, 3.8.97, page 4

(texte, N. Uhl ; photos, Migué Mariotti)

.

Alain Py 8.87 M. Mariotti laMarseillaise

Alain Py 8.87 M. Mariotti laMarseillaise

Militant laïc, Alain Py milite contre le retour des clerc dans la société civile. Retour sour couvert d’ordre moral. Pour contrebalancer cet assaut, il en appelle à un renouveau de la morale laïque et de l’engagement collectif.

.

Casquette, lunettes noires. Alain Py cultive la ressemblance avec un groupe marseillais célèbre : le Massilia sound system. Mais son credo est plus dans la laïcité que dans l’affirmation de l’identité marseillaise. [Un des] animateur[s] du Collectif Clovis Hugues (1), il est aussi [un des] responsable[s] du groupe laïc de la Libre pensée.

.
Son combat pourrait prêter à rire, pour les « mécréants ». Cette fin de siècle est marquée par un recul de la religiosité. Il le reconnaît lui-même : « Le culte connaît une désaffection. Il y a une hausse certaine de l’athéïsme ». La loi de 1905 qui entérine la séparation de l’Eglise et de l’Etat a donné un coup de fouet à la laïcisation de la société française.Une laïcisation qui s’étend, peu à peu, à l’ensemble des pays industriels. « La légalisation du divorce et de la contraception en Irlande est significative de ce mouvement… » poursuit Alain Py.

.
Pour autant, il ne réjouit pas. Habitué aux mouvements de balanciers de l’Histoire, il observe le retour de l’Eglise dans la vie publique. Il est ainsi pour la venue du pape Jean-Paul II en France, dans le cadre des « Journées mondiales de la jeunesse » le 24 août prochain. « Le jour anniversaire de la Saint-Barthélémy (2), précise le militant. Il y a des coïncidences fâcheuses… »

.
Deniers publics pas denier du culte

.
Pour Alain Py, c’est d’autant plus rageant que la venue du souverain pontife est financée par les deniers publics et pas avec le denier du culte.

.
La visite papale s’intègre dans une entreprise plus vaste qui voit le retour des clercs dans la vie publique. ainsi la conférence épiscopale (l’assemblée des évêques) a créé une association [?] pour intervenir en justice contre ceux qui blasphèment ou qui dévalorisent la religion. Une nouvelle facette du poliquement correct ? Cette perspective agace Alain Py. Malgré son tempérament calme, plutôt enclin au dialogue, on le devine passionné.

.
Il dénonce l’utilisation de la jeunesse. « C’est leur cheval de bataille » lance Alain Py. Certains tentent de réintroduire l’enseignement de la religion à l’école. « L’enjeu est de dire que la morale c’est eux » commentent l’animateur de la Libre Pensée.

.
Un discours qui plonge ses racines dans la crise intellectuelle et morale qui agite la société française. Sans faire de la sociologie à la petite semaine, on pourrait, avec Alain Py, évoquer la perte des repères, la fin des idéologies, la perte du civisme… Autant de brèches dans lesquelles les clercs, l’Eglise, tentent de s’engouffrer.

.
Engagement collectif
On pourrait baisser les bras face à cette vision apocalyptique. Ca n’est pas le cas d’Alain Py. Toujours calme, derrière ses lunettes rondes [en fait arrondies], il propose des pistes de travail pour l’avenir. Notamment le retour à l’engagement collectif. « Je crois qu’il faut vivifier la morale laïque contre l’ordre moral, explique [l’un des] coordinateur[s] du collectif Clovis-Hugues. Cela ne peut se faire qu’en remettant à l’ordre du jour les valeurs civiques et citoyennes. »

.
Dans ce cadre, il trouve intéressant le renouveau de l’engagement auquel on assiste en ce moment. « Il est sensible face au Front national et contre le racisme, relève Alain Py. Mais pas seulement. » Il pointe les mouvements de janvier 1994 dans la fonction publique. « C’est le moment où ce qu’on appelle parfois la « beauf génération » s’est révoltée. » Ce sursaut n’a été prévu par personne. Pas plus que n’était anticipée l’ampleur du mouvement social d’octobre à décembre 1995. « Je me rappelle, à Marseille ou dans les Alpes [du nord, dans l’Isère] j’étais à l’époque, les gens se téléphonaient spontanément pour aller manifester [contre la révision anti-laïque de la loi Falloux en janvier 1994]. » Il conclut : « Tout ce qui organise les gens participe au renouveau de la citoyenneté ».

.
Nathanaël Uhl

.
(1) du nom du poète provençal Clovis Hugues, connu pour son engagement en faveur de la commune de Paris [et celle de Marseille] (1870[-1871]) et son amitié pour la cause de Garibaldi [député « rouge » de la Belle de mai à Marseille, journaliste et poète franco-provençal, défenseur de la laïcité].
(2) Le massacre de la Saint-Barthélémy a été perpétré à Paris par les « Ligueurs » (catholiques) à l’encontre de la communauté protestante.

.